Recherche en cours
Veuillez patienter
Article

CHIBANI, Ali


Boualem Sansal, Harraga. La vieille maison


Titre du périodique ou du site internet : La Plume francophone
Date : 31/10


Date : 31/10
Année : 2008
Commentaires : Boualem Sansal consacre son quatrième roman à l’émigration clandestine. Le terme Harraga, vient de l’arabe « brûleurs ». Les Algériens désignent par cette dénomination les « brûleurs de route », ces jeunes – hommes et femmes – qui tentent de rejoindre clandestinement l’Europe sur des embarcations de fortune et qui, le plus souvent, y laissent leurs vies ou sont arrêtés par la police maritime avant d’être jetés dans les geôles algériennes.